Y'a comme un bruit.

Comme une rumeur.

"BlazbrO". "BlazbrOOOO..."

Et la foule de se demander : "MAIS QUI SONT-CE ? QUOI-T- EST-CE ???"
Oui, quelle est l'histoire derrière cette page faites de 1 et de (et 3) 0 ?

Alors pour vous, oui, rrrrrrien que pour vous, l'Histoire la voici.


Voici donc la génèse.
En live and daïrect du Neuf-Cinq, département réputé pour rien du tout,  Tedji et Belush font leur armes et leurs premiers sons juste avant le bug de l'an 2000, et vont multiplier les combinaisons et les collaborations avec une douzaine de M.C. au sein de la nébuleuse hip-hop locale.

Après des débuts, qui ressemblent à tous les débuts hein, quelques efforts maladroits mais plein de bon sens, et la mixtape Des mots et du son qui sort en 2003, les envies se précisent...Toujours en contact artistique et personnel, la dizaine de membres du collectif initial se concentrent désormais sur leurs projets particuliers...
Tedji et Belush, qui bénéficient d'une convaincante alchimie depuis leurs débuts, développent ainsi les bases d'une relation fructueuse et sortent plusieurs projets :  Arrêt sur son de Tedji en 2006, ainsi qu'une myriade de chansons intelligentes et engagées dont l'hymne Lève ta carte, qui, à l'instar de la raison dans un monde de crevards, ne servira pas à grand-chose...

N'empêche, les deux B-Boys exploitent la vague de ce dynamisme à faire pâlir un président sous cachetons et d'une production digne d'un docteur de la côte ouest pour sortir la Miss Tape au printemps 2007, sous le nom de groupe désormais adopté de BlazbrO.
Le résultat (18 titres, d'une variété impressionnante) est cette fois-ci très prometteur et la réponse du public le confirme. Et boum! Premier succès d'estime.

Mais ce n'est rien comparé à la surprise que préparent les compères.
Sur la lancée, chaud comme la braise, le duo dévoile enfin l'album du groupe, sobrement (et ô combien justement) intitulé BlazbrO Contre Les Gens Pires, au début de l'année 2008.
Le disque est le reflet sonore d'un écléctisme et d'un discours trop rare de nos jours. Fruit d'une volonté irraisonnée et de l'imagination de cette poignée d'enfoirés aux influences si différentes, qui s'étalent du Jazz au Rock en passant par l'Electro, l'album est résolument, viscéralement, indéniablement Rap.

Fort de cette experience, BlazbrO défend désormais son disque sur scène, et prépare (en scred) la suite de la playlist.
Loin de la musique sclérosée, Universalisée, ringtonisée, le groupe distille pour sa part un Rap sensé, militant, mature et bon esprit qui évoque plutôt l'âge d'or du mouvement.
Peace, love, unity and having fun en quelque sorte.

C'est dire qu'on y croit.